LE SOCLE COMMUN, promesse démocratique

Témoignage : Quand l’éducation artistique et culturelle contribue à la validation du socle

Tous les projets d’établissements comportent obligatoirement un volet culturel recensant les principales actions menées. Situées dans ou hors temps scolaire, les parcours culturels impliquent des élèves dans la durée tout au long de l’année scolaire, et ne sauraient être réduits non seulement à un temps ludique, mais même à un temps qui serait simplement déconnecté de l’enseignement. Ces parcours de pratique artistique, scientifique ou culturelle sont, dans le cadre du collège unique notamment, une occasion privilégiée d’expérimenter la diversification des parcours ; parcours personnalisés que les dernières orientations de M. Peillon confirment comme restant un souci prioritaire de notre ministère de tutelle.

Les Programmes Académiques proposés par le la Délégation Académique à l’Action artistique et Culturelle de Bordeaux sont des dispositifs conçus en partenariat avec structures et collectivités pour des classes entières de collèges et de lycées en Aquitaine. Si les collectivités partenaires ne sont pas nécessairement sensibles à des références explicites à l’enseignement, le choix a pourtant été fait au sein de la DAAC de Bordeaux d’aider les enseignants à s’approprier ces dispositifs et leur évaluation par compétence en proposant, Programme par Programme, un certain nombre d’items de références pouvant être prioritairement validés. Ainsi, au verso de chaque fiche-action correspondant au descriptif d’un Programme Académique, est proposé un tableau suggérant les items les plus évidents proposés pour l’évaluation. Retrouvez les actualités de la DAAC sur le BLOG . Si à la première lecture de nombreux items il pourrait semble que la plupart pourraient être validés par une seule action,il apparaît que ce choix nettement plus serré permet de valider des compétences que la situation scolaire rendait difficile. Que dire d’un élève capable d’apprendre l’extrait d’un texte de théâtre tout seul, et qui mutique dans la situation traditionnelle de la classe laisse penser qu’il ne sait pas lire ?

Un exemple avec des ateliers de traduction

Florent Viguié

Publicités

Information

Cette entrée a été publiée le 2 juillet 2012 par dans Témoignages.

RSS Scoop.it : Le socle commun pour les nuls

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.
%d blogueurs aiment cette page :