LE SOCLE COMMUN, promesse démocratique

Le socle et la statue

Dans la plupart des systèmes d’enseignement, le curriculum de l’école obligatoire n’est que marginalement conçu comme une éducation de base pour tous. Au-delà des quelques savoirs fondamentaux effectivement nécessaires à chacun, il vise à préparer aux études longues ceux qui auront, le jour venu, les moyens d’y accéder. L’école primaire prépare au collège, qui prépare au lycée, lui-même antichambre de l’Université et des Grandes Écoles. Telle est la logique d’un système scolaire construit par le haut et dont le curriculum est défini par les attentes du cycle d’études suivant bien plus que par référence aux pratiques sociales.

La culture scolaire de ceux qui quittent l’école à quinze ans se caractérise donc par son inachèvement. Durant leur scolarité obligatoire, ces élèves ont été en contact avec un grand nombre de savoirs qui n’avaient véritablement de sens que comme préparation à des études supérieures, des savoirs dont ils ne peuvent rien faire s’ils abandonnent l’école pour « entrer dans la vie », comme on dit.

Notre système éducatif serait parfaitement capable de former des citoyens à part entière, quel que soit leur niveau de qualification scolaire, Mais il faudrait que notre société en fasse une priorité politique majeure.

Philippe Perrenoud

Cahiers pédagogiques, n°439 « quel socle commun ? »

Publicités

Information

Cette entrée a été publiée le 15 mars 2012 par dans Ils se sont exprimés sur le socle commun.

RSS Scoop.it : Le socle commun pour les nuls

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.
%d blogueurs aiment cette page :