LE SOCLE COMMUN, promesse démocratique

Francine Best : « concilier connaissances et compétences dans un même mouvement »

L’effort pour enfin concilier connaissances et compétences dans un même mouvement  (éduquer et enseigner) est présent dans la conception du socle commun.
Il en est de même dans le rapport  L’éducation, un trésor est caché dedans* où savoir-faire et savoir être sont considérés comme deux des quatre piliers du savoir   à transmettre par l’éducation,  et revêtent  une importance égale à celle des connaissances et du savoir théorique. Mettre en rapport le socle commun avec le texte de la commission de l’UNESCO, présidée par Jacques Delors, qui a proposé quelques grandes orientations pour l’éducation au XX1ème siècle permet de montrer que connaissances et compétences, loin de s’opposer, forment  et fondent, ensemble, le savoir, les savoirs indispensables à tous les êtres humains. Ce rapprochement, par voie de conséquence  nous aide à en finir avec les oppositions stériles entre instruction et éducation, entre savoir et pédagogie. Cette dernière est alors considérée comme  un savoir-faire réflexif éclairé par des connaissances issues des sciences sociales.
Ce socle est commun, il appartient à tous les élèves de notre système éducatif de le construire pour eux-mêmes et pour tous, ce qui devrait induire des conduites de coopération remplaçant les concurrences acharnées qui sévissent dans les classes. C’est aussi en insistant sur cette qualité de commun que le socle de connaissances et de compétences peut être considéré comme une arme contre l’échec scolaire et le creusement des inégalités scolaires. Mais c’est à la condition que les évaluations soient réalisées avec esprit de finesse et de précaution et qu’elles ne soient pas accumulées sans raison.
Ce socle constitue aussi un ensemble de repères et d’objectifs appelant un travail en commun des enseignants : la recherche-action devrait ici jouer ou rejouer son rôle pour que ce soient des équipes d’enseignants qui affinent, nuancent, précisent ce socle commun, ses objectifs, sa mise en cohérence avec les programmes.
Bref, le socle commun est un outil indispensable à une réelle démocratisation de notre Ecole.
Francine Best,
ancienne directrice de l’Institut National de Recherche Pédagogique,
présidente d’honneur des CEMEA

*L’éducation, un trésor est caché dedans, rapport à l’UNESCO de la commission internationale sur l’éducation au vingt et unième siècle

Publicités

Information

Cette entrée a été publiée le 15 mars 2012 par dans Contributions.

RSS Scoop.it : Le socle commun pour les nuls

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.
%d blogueurs aiment cette page :