LE SOCLE COMMUN, promesse démocratique

Denis Meuret : « le socle commun est une exigence morale »

Il faut défendre le socle commun parce que cette politique peut permettre d’améliorer les compétences des élèves les plus faibles, une exigence morale dont on peut attendre par ailleurs de bons effets sur la croissance économique et la cohésion sociale. Dans les circonstances actuelles, il faut aussi le défendre pour des raisons politiques. Alors que la droite répond à la demande de protection des catégories populaires par diverses formes de frontières qui ne les protègeront pas mieux que la ligne Maginot, la gauche peut y répondre par une « école qui protège ». L’école ne peut promettre à chacun un travail épanouissant et une vie sociale réussie, mais elle peut promettre de faire tout ce qu’elle peut  pour donner, à tous, au moins  les connaissances et les compétences nécessaires pour qu’il  lui soit possible d’y prétendre. Une école, des enseignants mobilisés autour de cette ambition  jouiraient certainement d’un grand crédit auprès de la population.”

Denis Meuret, chercheur à l’IREDU

Publicités

Information

Cette entrée a été publiée le 15 mars 2012 par dans Contributions.

RSS Scoop.it : Le socle commun pour les nuls

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.
%d blogueurs aiment cette page :